1926 : Cérémonie mémorielle à Germersheim

Le 4 juillet 1926, les anciens combattants de Germersheim (Rheinland-Pfalz) se sont réunis pour honorer leurs compagnons tués à la guerre. Les patriotes français sont scandalisés que les Allemands se permettent de manifester en terre occupée par la France.

LES INCIDENTS DE GERMERSHEIM

On n’a jamais su très exactement ce qui s’est passé à Germersheim le 4 juillet courant. Les Allemands ont raconté qu’au cours d’une cérémonie en l’honneur de leurs morts, ils avaient été molestés par des soldats français ; de Mayence on a démenti, néanmoins on annonçait récemment que le général Douchy, commandant le 30ème corps d’armée, était allé procéder à une enquête sur place.

La vérité c’est que, le 4 juillet, les Allemands se sont livrés à la plus insolente des provocations. Germersheim est une petite ville du Palatinat bavarois, située sur le Rhin. Place forte assez importante avant 1870, elle a été le point de concentration de l’armée du prince royal de Prusse ; c’est de là qu’est parti « notre Fritz » pour les batailles deWissembourg et de Froeschwiller à la suite desquelles l’Alsace est tombée sous le joug allemand. C’est à cause de l’importance qu’a eue cette place en 1870 que les Allemands l’ont choisie pour leur récente manifestation. Celle-ci a été un pur « scandale ». Un ancien officier aviateur habitant Germersheim avait affiché son diplôme portant le nom des Français qu’il a descendus. En ville, les anciens officiers avaient arboré leur écharpe. Toutes les maisons étaient pavoisées aux couleurs de la Bavière, ou de la République allemande ou même de l’Empire allemand. Tous les anciens combattants ou vétérans de la région étaient venus manifester, et avaient arboré leurs décorations. Il y a eu défilés, discours, etc. Le tout ponctué par le Deutschland uber alles ! Et, pendant ce temps, nos troupes étaient consignées dans les quartiers ; c’était évidemment une sage mesure pour éviter des incidents regrettables, mais en laissant toute liberté aux Allemands pour leur manifestation, quelle idée leur a-t-on donnée de notre autorité ?

Voilà ce qui se passe dans les pays occupés, pays qui devaient gager notre victoire. On voit de qu’est devenu ce gage avec Locarno.

Action française du 27 juillet 1926 (G. Larpent)

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :