Les monuments aux Morts

Dès la fin de la guerre de 1914/18, la France encourage par des subventions, l’érection de monuments aux morts en Alsace. Ceux-ci sont uniquement destinés à honorer les combattants français par des cérémonies patriotiques.

50 000 Feldgrauen Alsaciens-Mosellans sont morts pour leur patrie allemande, les trois-quarts ont été tués sur le front français.

Bien que la population alsacienne soit à 95/100 germanophone, toutes les inscriptions sur les monuments aux morts doivent être obligatoirement rédigées en français.

Les Feldgrauen alsaciens dont le nom figure sur les monuments ont le statut de victimes, leurs prénoms sont francisés. Il est interdit d’écrire « Mort pour la Patrie », il est également interdit de mentionner le régiment et le grade des défunts.

Les seules mentions autorisées sont « Aux enfants de » « Aux victimes de la guerre », « A nos morts ». Les Feldgrauen alsaciens sont infantilisés, ils sont considérés comme des victimes de l’Histoire. Rares sont les communes qui refuseront d’obéir aux injonctions gouvernementales.

La Ville de Niederbronn refusera d’ériger un monument en disant que ses habitants n’ont aucun sentiment patriotique.

L’inauguration de la plupart des monuments aux morts est brutale pour la population. Le monument est pavoisé de drapeaux tricolores, on joue la Marseillaise. Les familles ont la désagréable surprise de voir leurs défunts affublés de prénoms français. Pour le roman national, « ils sont morts sous l’uniforme allemand avec un cœur français ».

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :