9/12/1918 : Poincaré à Straßburg, une vraie mascarade !

Le Freiburger Zeitung du 29 décembre 1918 apporte quelques précisions sur la visite présidentielle de Poincaré organisée par un comité de patriotes germanophobe présidé par Fritz Kieffer.                      

« L’accueil de Poincaré à Strasbourg, interprété par la presse française comme une dévotion enthousiaste du peuple alsacien envers la France, n’était en réalité qu’une mascarade habilement mise en scène pour tromper les étrangers. Il est bien connu que l’importante participation de jeunes en costume alsacien a été évoquée comme une preuve particulière du consentement de la population rurale à rejoindre la France. Le peu de participation des paysans à l’accueil et aux fêtes est attesté par la nouvelle suivante, à savoir que seuls six villages paysans étaient représentés par délégation à Strasbourg et qu’ils ne s’y étaient rendus que parce qu’ils n’avaient pas fui les troupes françaises, et craignaient à présent  les représailles du gouvernement français. Bien sûr, l’argent a également joué un rôle. Chaque fille de fermier recevait 10 marks par jour; pour le reste, les filles, qui devaient présenter la paysannerie alsacienne dans de faux costumes fantaisistes souvent assez ridicules, venaient soit des milieux bourgeois de la ville de Strasbourg, soit de villes françaises. Il a été rapporté que 500 Françaises avaient été amenées de France et costumées à cet effet, et la presse française a écrit ceci : « Le plébiscite, le voila ». Le fait que les Français aient besoin d’utiliser de telles méthodes montre encore une fois que les sentiments de la majorité des Alsaciens ne vont nullement du côté de la France et qu’une stabilisation de la situation politique du pays sans plébiscite préalable impliquerait un viol sans précédent de la population. » (W T B)

ELSASS 1918.jpg

Aus Elsaß Lothringen

Der Empfang Poincarés in Straßburg, der von der französischen Presse als jubelnde Hingabe der elsässischen Bevölkerung an Frankreich ausgelegt würde, war in Wirklichkeit nur eine zur Täuschung der Außenstehenden geschickt inszenierte Maskerade. Bekkanntlich wurde die große Beteiligung von jungen Leuten in elsässischer Tracht als ein besonderer Beweis für die Zustimmung der Landbevölkerung für den Anschluß an Frankreich erwähnt. Wie wenig die Bauernbevölkerung an dem Empfang und den Feierlichkeiten in Wirklichkeit beteiligt war, zeigt die verbürgte Nachricht, daß nur 6 Bauerndörfer durch abordnung in Straßburg vertreten waren und sich dazu auch nur deshalb hergegeben hatten, weil sie beim Einzug der französischen Truppen nicht geflaggt hatten und nun Vergeltungsmaßnahmen seitens der französischen Regierung befürchteten. Das Geld spielte natürlich auch eine Rolle. Jedes Bauernmädchen erhielt 10 M. den Tag; im übrigen stammten die Mädchen, die in oft ganz lächerlichen unechten Phantasietrachten das elsässische Landvolk vorstellen sollten, entweder aus den Bürgerkreisen der Stadt Straßburg oder aus den Städten Frankreichs. Wie man offen erzählte, sind zu diesem Zweck 500 französische Mädchen aus Frankreich herbeigeholt und kostümiert worden, und dazu schreibt die französische Presse : “Le plebiscite est fait”. – Daß die Franzosen es nötig haben, mit solchen Mitteln zu arbeiten, zeigt erneut, daß die Stimmung der Volksmehrheit in Elsaß keineswegs auf Seiten Frankreichs seht und daß jede Regelung der politischen Verhältnisse des Landes ohne vorheriges Plebizit eine unerhörte Vergewaltigung der Bevölkerung bedeuten würde. (W T B)unerhörteergewaltigung

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :