1918 : Straßburg, réception des troupes françaises

L’accueil des Poilus n’avait rien de spontané, organisé par un comité de réception dirigé par le germanophobe Fritz Kieffer.  En 1918, certains Alsaciens savaient déjà retourner leur gilet.

De nombreuses strasbourgeoises ne possédaient aucune tenue alsacienne. Elles sont allées dans les villages pour essayer de se faire prêter robes et coiffes. La plupart des paysannes refusaient de céder leurs affaires. (Marie Hart : Nos années françaises, édition Yoran)

Pour éviter toutes manifestations d’hostilité, les Poilus sont venus comme des voleurs avant le retour de nos Feldgrauen démobilisés le 1er décembre.

Et comme on disait dans les familles comme il faut en 1918, tout comme en 1940 et 1945 : « Si tu vas voir les soldats, tu es une putain, tu ne remets plus les pieds à la maison ».

 

MARIE HART

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :