22/11/1918 : La foule colmarienne acclamant le général de Castelnau

Mais où sont les Alsaciens ? Ils sont encore militaires dans l’armée impériale. Afin d’éviter toutes contestations, les cérémonies patriotiques françaises ont lieu avant leur démobilisation. 

« Les Catherinettes : C’est le nom du vieux couvent de Colmar où un bal – que les nonnes eussent approuvé – a réuni les jeunes Alsaciennes et nos soldats victorieux, après l’entrée du général de Castelnau ». (Le Figaro du 25/11/1918).

Dans les familles on disait aux filles : « Si tu vas voir les soldats, tu es une putain, tu ne remets plus les pieds à la maison ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :