1918 : Ces Boches, je ne les salue pas ! (Clémenceau)

9/12/1918 : Visite de Poincaré et Clémenceau à Straßburg

Invitation de Poincaré et Clémenceau par le Gouvernement Alsacien.

Rassemblés au Landtag, les députés en grande tenue, attendent en vain la venue de Raymond Poincaré & du ministre de la Guerre, Georges Clemenceau. Ce dernier a déclaré « Ces boches, je ne les salue pas ».

Discours du président de la République Georges Poincaré

Poincaré fait un long discours antigermanique dans lequel il raconte une Histoire mensongère de l’Alsace française qui remonterait à la Gaule. Il rappelle que des centaines de milliers de Français sont morts pour les Alsaciens.

Poincaré est contre le référendum prévu par la Conférence de la Paix.

Dans son discours, il insiste lourdement à ce sujet, il utilise plusieurs fois le terme « plébiscite » inventé par le service de Propagande en 1917.

-Le plébiscite est fait. L’Alsace s’est jetée en  pleurant de joie au cou de sa mère retrouvée.

-Certes, pour connaître vos aspirations et vos vœux, la France n’avait pas besoin de ce référendum spontané.

-Si nous ne voulons pas, vous et nous, d’autre plébiscite que celui-ci, ce n’est pas que nous ne redoutions aucunement les surprises d’un scrutin ; c’est que nous n’entendons pas subordonner à une consultation quelconque des droits qui sont inconditionnels, imprescriptibles et sacrés.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :